Ça ressemble à du coton, c’est blanc comme du coton, et pourtant ça n’est pas du tout du coton !

Ça y est, vous l’avez remarqué : il y a du coton blanc sur mais aussi sous les feuilles de vos végétaux d’intérieur. En plus de ça, à l’approche de ces plantes-là, on remarque que certaines feuilles sont comme recouvertes d’une pellicule de suie noire et qu’en plus, le sol poisse, ça colle. Le pompon quoi ! Mais, voilà, vous y êtes jusqu’au cou, en tous cas pour ce coup-ci, car tous ces signes sont bien la preuve de la présence des cochenilles farineuses. Le côté ‘farineuse’, c’est bel et bien pour décrire la bestiole aux allures de coton, mais vous l’avez compris…. Et voici les cochenilles, bien tranquilles, à squatter vos plantes !

En deux-deux : le coton blanc, ce sont les bestioles immobiles, et pour le coup, elles sont bien installées pour sucer la sève de votre plante qui va forcément beaucoup moins bien se porter. Vous rajoutez à cela leur miellat noir (ce sont leurs déjections) et un champignon collant qui de développe sur ce miellat, et vous avez tout le tableau !

Chez les cochenilles, il y a la femelle et le mâle, bien sûr. Adulte ou la larve de la femelle ne vole pas, mais elle peut ramper d'une plante à l’autre et c’est la larve qui est la plus active. Le mâle lui vole mais il a une durée de vie très courte. Le petit souci avec les cochenilles, c’est qu’elles peuvent être présentes toute l’année si bien que, parfois, le sauvetage d’une plante atteinte prend des allures de vraie bataille sur toute l’année ! Bon maintenant que vous les visualisez bien, va falloir gérer et heureusement il existe des anti-cochenilles.

Eh bien, elle est coton, cette histoire !